Journées Européennes du Développement: l’ICMD, en collaboration avec les partenaires de l'OIM et du SEAE, a organisé une session sur «Le rôle des villes dans la mise en œuvre des ODD liés aux migrations»

Jun 20, 2017
JMDI Focus area:
Migration and Integration
Migration and Local Economic Development
Migration and Local Governance
L’ICMD a participé activement à ces 11eme Journées Européennes du Développement (JED) qui ont eu lieu à Bruxelles du 7 au 8 juin. En collaboration avec l'Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) et le Service européen pour l'action extérieure (SEAE), l’ICMD a tenu une session intitulée: "Le rôle des villes dans la mise en œuvre des ODD liés aux migrations", le 8 juin à 15h15.

                                                  

                                   De droite a gauche: Geertrui Lanneau,  Filiberto Ceriani Sebregondi, Cécile Riallant, Sally Velasquez Ante Lee et Sarah Turine

 

Contexte de la 11e édition des JED

La 11ème édition des Journées européennes du développement a été axée sur la promotion d'une nouvelle stratégie mondiale pour faire face aux défis actuels les plus importants en matière de développement. De même, cette édition faisait le lien entre l'union des acteurs du développement engagés à lutter contre la pauvreté dans le monde, en soulignant le rôle du secteur privé en tant que partenaire pour le développement économique. Les problèmes de migration et de déplacement ont été abordés dans de nombreuses sessions parallèles, et lors d'une session plénière où la reconnaissance mondiale croissante du potentiel de développement de la migration fut reflétée. En effet, la migration affecte et est affectée par tous les domaines de la gouvernance et, si les objectifs de développement durable reflètent des cibles spécifiquement liées à la migration, et si nous voulons réellement ne laisser personne derrière, la migration doit être envisagée dans tous les domaines du développement, elle constitue donc un aspect crucial des ODD.

Les villes sont devenues les destinations de choix pour des réfugiés et des migrants, faisant des autorités locales et régionales les premières à répondre aux phénomènes des migrations et des déplacements. Leur rôle clé est dûment reconnu dans le Nouvel Agenda Urbain adopté lors de la Conférence Habitat III de l'ONU à Quito en octobre 2016. En outre, les contributions positives des migrations et des déplacements au développement sont maintenant inscrits dans l’Agenda 2030 de l’ONU et les Objectifs de Développement Durable (ODD), dans lesquels les villes sont au centre en ce qu’il s’agit de créer des espaces plus sûrs, inclusifs, résilients et durables.

De plus, progressivement, les autorités locales et régionales sont considérées comme des acteurs stratégiques au sein des délibérations intergouvernementales en matière de politique migratoire. Cela est vrai pour le Forum mondial sur les Migrations et le Développement (FMMD), dont la 10e édition aura lieu à Berlin, en Allemagne, du 28 juin au 1er juillet 2017. C'est également le cas pour le processus consultatif en cours afin de définir un nouvel accord entre États, connu sous le nom de «Pacte Mondial pour des Migrations Sûres, Ordonnées et Régulières». Après l'adoption de la «Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants» aux Nations Unies le 19 septembre 2016, les États ont convenu d'élaborer ce Pacte mondial sur les migrations d'ici décembre 2018, en consultant les parties concernées, y compris les autorités locales. La Déclaration de New York fait explicitement référence au rôle des acteurs locaux en matière de politique migratoire. Il reconnaît officiellement la nécessité d'établir une coopération et des partenariats avec les autorités locales, en reconnaissant «les besoins particuliers des autorités locales, en tant que premiers récepteurs des migrants».

 

                                                              

                                                                  La maire de Sorgson (Philippines), Velasquez Ante Lee, s'adressant au public



Objectif de la Session

Compte tenu de ce qui a été dit, il est d'une importance capitale que les villes apprennent à tirer parti de ce phénomène pour favoriser le développement. Cependant, la capacité des villes à adopter de nouvelles approches qui favorisent efficacement la contribution positive de la migration au développement est étroitement liée à leur compréhension du phénomène migratoire et de leurs pouvoirs vis-à-vis des gouvernements nationaux.

Ainsi, l'objectif principal de la session organisée par l’ICMD, conjointement avec l'OIM et le SEAE, était de rassembler des acteurs clés pour partager leur expérience et leur expertise dans la gestion des migrations pour le développement local, ainsi que de partager et discuter des politiques et des évidences pratiques tirés des principaux outils de connaissance produits par l’ICMD et l'OIM qui peuvent aider les autorités locales et régionales à réussir dans leur rôle. Ces outils de connaissance sont présentés ci-dessous:

 

  • « Ma boite à outil de l’ICMD » : Un ensemble de matériel de formation à destination des autorités locales, de la société civile, des associations de migrants, des universités, des organisations internationales, etc. ; sur la manière d'intégrer la migration dans la planification du développement local, afin de mieux exploiter le potentiel de la migration pour le développement.

 

  • « L’Agenda Local sur la Migration et le Développement : Document Final du Second Forum des Maires sur la Mobilité, la Migration et le Développement » qui souligne les 11 points d'action que les villes et les autorités locales et régionales doivent prendre en compte dans la mise en œuvre des ODD liés aux migrations.

 

  • Le Livre Blanc «Intégrer la migration dans la planification du développement local et au-delà», qui fournit une analyse approfondie de ce qui a été fait jusqu'ici en termes d'intégration de la migration au niveau local et permet de répertorier des pratiques concrètes afin d’avoir une vue globale du travail en cours, des leçons apprises et des recommandations politiques pour les futurs exercices d'intégration de la migration dans la planification du développement local. 

 

 

                                                             

                                                                           The audience actively participated asking questions to the experts 

 

 

Résultat de cette Session

Cette session, animée par Cécile Riallant, directrice de l’ICMD, a mis l’accent sur le rôle clé des villes dans la création de politiques qui profitent du potentiel de la migration en tant que facteur de développement. A cette session étaient presents, Filiberto Ceriani Sebregondi, chef de division de la coordination de la coopération pour le développement du SEAE; Geertrui Lanneau, Spécialiste en mobilité de la main-d'œuvre et du développement humain de l'OIM; Sarah Turine, adjointe au maire de la Jeunesse, Cohésion sociale, prévention et dialogue interculturel de la ville de Molenbeek (Belgique), et Sally Velasquez Ante Lee, maire de la ville de Sorsogon (Philippines).

Pour Lanneau, l'environnement du pays hôte est d'une importance cruciale pour tirer pleinement parti du potentiel de la migration pour le développement. La représentante de l'OIM a déclaré que «les migrants ne peuvent contribuer à la société s'ils se sentent les bienvenus». Elle a également déclaré que l'un des principaux obstacles à cet effet positif de la migration est l'incohérence des politiques entre les niveaux de gouvernement national et local, et a ainsi demandé une meilleure coordination entre les acteurs concernés. Ceriani Sabregondi a également souligné l'importance de coordonner les efforts et de créer des échanges favorables entre les parties prenantes.

La maire de la ville Sorsogon a expliqué comment elle a su gérer la migration en créant un service d'assistance pour aider les membres de la famille des travailleurs migrants partis à l’étranger. Velasquez Ante Lee a estimé que sa ville ne pouvait pas négliger les migrants et a souligné que «les travailleurs étrangers font partie de leur ville natale et nous ne pouvons pas les laisser seuls».

Ensuite, Turine a expliqué le contexte de Molenbeek et a déclaré que les décideurs politiques doivent considérer le point de vue des migrants et des réfugiés vivant dans les villes afin d’améliorer leurs effets positifs sur le développement. Elle a également noté que, bien que les migrants soient considérés comme des citoyens par les autres et qu'ils s'intègrent aux sociétés d'accueil, ils souhaitent en même temps valoriser leur identité culturelle. Par conséquent, il est important que l'opinion publique comprenne que l'Europe est un continent multiculturel avec des origines et des identités diverses.

Finalement, la modératrice du débat, Cécile Riallant, a lancé une séance de questions/réponses où le public a pu poser des questions plus approfondies pour clarifier certains des messages clés et des informations issues de la session.

 

Les Journées Européennes du Développement (JED)

Les JED sont le principal forum européen de développement et de coopération. Organisés par la Commission Européenne, les EDD attirent chaque année environ 7 000 participants de plus de 140 pays, ainsi que des représentants de plus de 1 200 organisations.

Pour plus d’informations sur les JED, cliquez ici.

 

 

Promotion

Thematic area