Notre mission

Par le passé, nous avons collaboré avec des autorités locales et nationales, la société civile et des associations de la diaspora et de migrants en vue de donner à ces derniers les moyens de devenir des acteurs du développement. Nous avons ainsi appris que pour que cet objectif devienne réalité, il faut également tenir compte des structures sociales, culturelles, politiques et économiques en place qui ont une influence sur la migration et sont influencées par elle, si l’on veut savoir comment maximiser son potentiel de développement.

Par conséquent, le principal objectif de notre programme actuel est de faire avancer la mise en œuvre des éléments du Programme de développement durable à l’horizon 2030 afférents à la migration dans 11 pays cibles en promouvant la cohérence des politiques en matière de migration et développement à l’échelle locale, nationale et mondiale.

La cohérence des politiques en matière de migration et développement est cruciale si l’on veut atteindre l’ensemble des 17 ODD et ne pas faire de laissés‑pour‑compte.

Les migrations ont une incidence sur tous les secteurs de gouvernance et subissent leur influence. En d’autres termes, des migrants en mauvaise santé ne peuvent ni participer ni contribuer à la société ; des migrants en situation irrégulière ne peuvent pas avoir accès à un travail décent ; des migrants sans éducation ne peuvent pas réaliser leur propre potentiel de développement ; l’offre et la demande de main-d’œuvre au niveau mondial ne peuvent être satisfaites en l’absence de migrations sûres, ordonnées et régulières ; les migrants qui font l’objet de discrimination ou qui sont victimes de racisme ou de crime haineux restent marginalisés et laissés pour compte. Les migrations sont un phénomène mondial qui touchent tous les pays du monde, et leur bonne gouvernance passe par des partenariats mondiaux.

Pour en savoir plus, cliquez sur les questions ci-dessous.

Qu’entend-on par cohérence des politiques en matière de migration et développement ?

Des politiques cohérentes en matière de migration et développement peuvent être définies comme des politiques dont le but est de créer des synergies pour promouvoir des objectifs communs, et chercher activement à réduire au minimum ou à éliminer les effets secondaires négatifs des politiques, et d’éviter que ces politiques ne se nuisent mutuellement ou empêchent d’atteindre la réalisation des objectifs de développement convenus.

La cohérence des politiques peut être assurée horizontalement, c’est-à-dire, à l’intérieur des domaines d’action d’une seule administration, ou verticalement, entre différents niveaux de gouvernance.

Pourquoi une cohérence verticale des politiques ?

Dans un contexte mondial d’urbanisation croissante, plus de la moitié de la population mondiale vit désormais dans les villes. Celles-ci et d’autres zones urbaines sont rapidement devenues la destination privilégiée des migrants et des personnes déplacées. En effet, les migrants originaires d’un territoire donné ont tendance, lorsqu’ils migrent, à s’installer dans un territoire similaire dans le pays d’accueil. Par conséquent, le niveau local – où l’impact de la migration sur le développement se fait sentir le plus profondément – revêt une importance capitale pour relever l’ensemble des défis et saisir toutes les chances que présente la migration. La médiation de cette dynamique est assurée par les villes et par les acteurs locaux et régionaux sur le terrain, qui se retrouvent en première ligne pour gérer la relation entre migration et développement.

Comme il est énoncé dans la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants, les Etats ont pris « acte des besoins […] des autorités locales concernés au premier chef par l’arrivée des migrants », affirmé que c’est au niveau local que les « migrations ont lieu » et que, par conséquent, « c’est sur l’importance du niveau local que devraient reposer tous les engagements réalisables pris dans le cadre du pacte mondial sur les migrations ». Par ailleurs, le Nouveau Programme pour les villes a reconnu que la gouvernance des migrations est un facteur clé de réussite en matière de développement durable des villes.

C’est pourquoi, même si les réponses nationales revêtent la plus grande importance, elles doivent être alignées sur les réalités locales, étant donné que des inégalités persistantes, considérées comme l’un des moteurs de la migration, existent non seulement d’un pays à l’autre, mais également à l’intérieur des pays, ce qui requiert l’adoption d’une approche intégrale ascendante. Une fois cet alignement et cette coordination en place, une cohérence verticale pourra être assurée en permettant aux villes de contribuer par leur expertise et leurs connaissances à l’élaboration de politiques nationales plus adaptées et plus pertinentes qui, dès lors, peuvent être mises en œuvre avec succès à l’échelle locale.

Pourquoi une cohérence horizontale des politiques ?

Si les approches traditionnelles du couple migration et développement ne s’intéressent qu’à ce que les migrants peuvent apporter à la société, comme les rapatriements de fonds ou les investissements, les articulations entre la migration et le développement sont bien plus complexes car la migration a des répercussions sur tous les domaines de gouvernance et en subit les effets. Le cadre politique et structurel propre à tout territoire ou société – l’ensemble des conditions qui agissent sur une société et déterminent le mode de vie de ses membres − peut entraver le potentiel de développement de la migration. Il peut s’agir des conditions économiques, de la gouvernance, des systèmes de santé, des systèmes éducatifs, du marché du travail ou encore de la façon dont la diversité est incluse dans la société. Si ces conditions ne permettent pas l’inclusion des migrants, elles peuvent avoir des incidences globalement négatives sur la communauté, telles que l’étalement et le déclin urbains, des tensions sociales, la marginalisation, la xénophobie et le racisme.

C’est pourquoi nous appliquons une approche de la gouvernance des migrations qui associe l’ensemble du gouvernement, afin que d’autres politiques, telles que l’agriculture, le logement ou l’éducation ne compromettent pas les efforts d’intégration des migrants ni la gouvernance générale des migrations.

Notre mission : Intégrer la migration aux fins de politiques cohérentes en matière de migration et développement

Afin de parvenir à une cohérence des politiques en matière de migration et développement, ce programme appuie l’« intégration » de la migration dans la planification des politiques nationales et locales, afin que les effets de la migration et les besoins des migrants soient pris en considération dans tous les domaines de gouvernance, tels que le développement, la santé, l’éducation, etc.

A cet effet, nous :

  • Soutenons le renforcement des capacités de tous les acteurs concernés pour améliorer leur compréhension de la gouvernance des migrations dans l’intérêt de tous et leurs aptitudes dans ce domaine, par des formations ainsi que des échanges et des partages des connaissances entre pays ;
  • Facilitons la mise place et la consolidation des mécanismes de coordination dans les différents secteurs de gouvernance et entre les autorités nationales et locales ;
  • Fournissons une assistance technique et financière pour la mise en œuvre d’initiatives et de politiques qui intègrent les aspects relatifs à la migration dans les processus décisionnels nationaux et locaux.

Pour de plus amples informations sur notre façon de procéder, consultez nos outils de formation et nos études de cas sous l’onglet Ressources M4D.

Notre mission : Promouvoir notre action, nos outils et notre expertise à l’échelle mondiale

Nous nous servons des apprentissages tirés dans les pays que nous soutenons pour créer des outils de formation, mettre au point des connaissances et des bonnes pratiques, que nous partageons et diffusons ensuite dans le monde dans le cadre de notre participation active à des dialogues stratégiques mondiaux.

Ce faisant, nous essayons de faire en sorte que nos connaissances profitent à la communauté internationale et à d’autres partenaires, acteurs et gouvernements. De fait, notre travail jouit d’une reconnaissance croissante !

Consultez les documents issus des dialogues mondiaux ci-dessous, qui montrent que la communauté internationale est consciente de la nécessité de collaborer avec les autorités locales et régionales et de les mettre à contribution, ainsi que de l’impératif d’une approche associant l’ensemble du gouvernement dans tous les secteurs de gouvernance afin de renforcer la cohérence des politiques en matière de migration et développement.

Forum Mondial sur la Migration et le Développement (FMMD)

Forum des Maires

Etat de la migration dans le monde 2015 (WMR)

Les Objectifs de Développement Durable (ODD)

Nouveau Programme pour les Villes

La Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants

UNSG Special Representative on Migration Report

Rapport Puerto Vallarta

UNSG report on Making Migration Work for All

Zéro Draft - Pacte mondial pour les migrations (GCM)

Zéro Draft - Pacte mondial pour les réfugiés (GCR)

Les pays où nous intervenons

Ce programme est mis en œuvre en partenariat avec les 11 pays énumérés ci‑après. Ceux‑ci représentent divers contextes politiques, de développement et de migration, ce qui nous permet d’expérimenter différents scénarios et d’en tirer des enseignements – il n’existe pas de solution unique à la gouvernance des migrations !

Cliquez sur un pays pour consulter son profil, obtenir des renseignements à ce sujet et savoir comment, concrètement, nous y intervenons.

  • Bangladesh
  • Equateur
  • Jamaïque
  • Kirghizistan
  • Moldova
  • Maroc
  • Népal
  • Philippines
  • Sénégal
  • Serbie
  • Tunisie