Étude de Cas: Équateur

Introduction

En Équateur, en 2014, le Gouvernement Autonome Décentralisé de la Province d'Imbabura (GADPI) et son Pouvernement provincial (Patronato Provincial) se sont engagés dans un processus d'intégration de la migration dans la planification du développement local. Le gouvernement souhaitait s'attaquer à la dynamique migratoire complexe de la région, qui comprend une forte présence de réfugiés colombiens, de nombreux immigrants, ainsi que des migrants de retour. Pour ce faire, le gouvernement a choisi d'intégrer la migration dans la planification du développement local afin de concevoir et de mettre en œuvre des politiques et des programmes efficaces qui protégeraient les droits des migrants et des personnes déplacées, garantiraient leur accès aux services et leur offriraient davantage d'opportunités et d'autonomie. Le projet a débuté avant l'adoption du Programme 2030 et n'a donc pas été mené dans un cadre lié aux ODD. Cependant, les résultats de ses interventions en matière de migration contribuent à plusieurs objectifs et cibles, et ont depuis été mis en correspondance avec divers ODD. Le processus a été mené avec le soutien de l'Initiative Conjointe des Nations unies pour la migration et le développement (JMDI) dans le cadre du projet "Renforcement des Gouvernements Autonomes Décentralisés (GAD) de la Zone Nord de l'Équateur sur les Questions de Mobilité Humaine".

Méthodologie

  1. Activités participatives de lancement: Démarrage par la réalisation de divers processus participatifs visant à faire le point sur les priorités en matière de migration et de développement dans la zone.
  2. Mise en place institutionnelle: Mise en place d'organes appropriés et de plusieurs mécanismes de coordination interinstitutionnelle pour gérer le processus d'intégration.
  3. Intégration de la migration: Conception et mise en œuvre de diverses politiques et programmes relatifs à la migration et au développement dans la région, par l'intégration de la migration dans la planification des différentes unités gouvernementales.

Consultations

Pour réaliser une évaluation des besoins afin de déterminer les exigences exactes du processus d'intégration, un processus participatif de consultation publique directe a été lancé. Il s'agissait d'organiser plusieurs assemblées publiques. Lors de ces assemblées, les habitants de la province d'Imbabura ont été réunis pour faire part de leurs besoins et problèmes spécifiques. On a veillé à inclure certains groupes d'attention prioritaires, tels que les enfants, les jeunes, les personnes âgées et les migrants et personnes déplacées.

Mise en Place Institutionnelle

En 2015, l'Unité de Mobilité Humaine (HMU) a été créée. Cela a vu l'inclusion d'une équipe technique dédiée dans la masse salariale du gouvernement provincial, chargée de soutenir et de compléter le travail des différentes unités du gouvernement concernant le processus d'intégration de la migration, et de promouvoir la coordination interinstitutionnelle. Suite à cela, le gouvernement provincial a élaboré l'"Ordonnance pour la Promotion et la Protection des Droits des Migrants, des Personnes Déplacées et des Membres de leur Famille dans la Province d'Imbabura", qui a déclaré la promotion et la protection des droits des migrants et des personnes déplacées comme politique publique, et a établi l'HMU comme l'agence responsable de la coordination et de la mise en œuvre.

Le gouvernement provincial a cartographié les différents acteurs publics et privés travaillant avec les migrants dans la province. Suite à cela, il a été possible de se coordonner avec d'autres acteurs nationaux - tels que les Ministères de la Santé Publique, de l'Inclusion Économique et Sociale, de l'Éducation, et des Affaires Étrangères et de la Mobilité Humaine - pour faire avancer diverses interventions visant à protéger et à faire respecter les droits des migrants.

Interventions: Intégration de la Migration

De nombreuses unités gouvernementales dans tous les secteurs ont intégré la migration dans leur planification de différentes manières. Les autres unités du gouvernement provincial, notamment la Souveraineté Alimentaire, les Services de Santé et la Violence Domestique et le Handicap, ont commencé à inclure les migrants et les personnes déplacées parmi leurs bénéficiaires. Pour ce faire, ces unités ont intégré dans leur programmation de nouveaux objectifs liés aux migrants et à leurs besoins. Parmi les autres exemples d'activités lancées, citons celles visant à créer des opportunités économiques pour les migrants. Il s'agissait notamment de salons de l'entrepreneuriat, de formations à l'artisanat et de soutien à la gestion des micro-entreprises de migrants.

Enfin, le gouvernement provincial a également encouragé la participation directe comme moyen d'assurer l'inclusion politique des migrants et des personnes déplacées. À cet égard, les migrants et les personnes déplacées ont été encouragés à participer activement aux espaces de prise de décision politique.

Conclusion

Le projet dans son ensemble a réussi à intégrer la migration dans les politiques publiques de tous les secteurs à Imbabura. Si les processus d'intégration de la migration ont tendance à se dérouler au niveau national, c'est au niveau local qu'ils peuvent avoir le plus d'impact. Cet exemple montre comment cette démarche peut contribuer à répondre aux besoins spécifiques des populations migrantes, tout en les impliquant directement dans le processus. Le processus d'intégration à Imbabura a permis de progresser vers plusieurs cibles des ODD. Par exemple, la cible 10.3 (assurer l'égalité des chances et réduire les inégalités de résultats), 10.7 (faciliter la migration et la mobilité de façon ordonnée, sans danger, régulière et responsable), 16.B (promouvoir et appliquer des lois et politiques non discriminatoires pour le développement durable), 17.4 (renforcer la cohérence des politiques en faveur du développement durable) et 17.16 (renforcer le partenariat mondial pour le développement durable).