Équateur - La Migration au Service du Développement Durable


Que faisons-nous en Équateur ?

L'Équateur connaît presque tous les phénomènes de mobilité humaine connus: mobilité transfrontalière quotidienne pour le travail en Colombie et au Pérou; retour des Équatoriens; émigration vers l'Amérique latine, l'Europe et les États-Unis et accueil d'immigrants et de réfugiés de Colombie, de Cuba, du Venezuela, entre autres. Les défis socio-économiques, croissants depuis la crise économique de 2018 et exacerbés par la pandémie de COVID-19, sont liés à la mobilité, de la désignation xénophobe des Vénézuéliens comme boucs émissaires à l'hostilité envers les rapatriés équatoriens et aux difficultés d'insertion économique des personnes en mobilité humaine. Au plus fort de la pandémie, 75 % des migrants et des réfugiés ont déclaré craindre de ne pas pouvoir répondre à leurs besoins fondamentaux pour survivre, comme le rapporte l'évaluation rapide des besoins conjoints des Nations unies de mars 2020. 

Compte tenu de ces défis à l'intégration socio-économique, les deux projets du Programme au niveau local, à Manta et Santo Domingo de los Tsáchilas, se concentrent sur un secteur prioritaire: le développement durable à travers l'emploi et l'inclusion socio-économique. Grâce au développement des capacités en matière d'entrepreneuriat et de compétences professionnelles, à la promotion du recrutement éthique et à la sensibilisation, ainsi qu'au développement de marchés en ligne, de banques d'emplois municipales en ligne et d'espaces de travail collaboratif, les migrants et les réfugiés, les jeunes et les membres des communautés locales auront un meilleur accès à des emplois rémunérés et à des opportunités de travail décent. Le programme s'efforce de répondre aux besoins des deux municipalités locales cibles, qui géreront les espaces en ligne et physiques susmentionnés et seront des partenaires à part entière dans la conception et la mise en œuvre des activités. Cliquez sur les boutons ci-dessous pour en savoir plus sur nos projets en Équateur. 

Le travail du Programme promouvoir l'emploi des personnes en mobilité humaine et des membres de la communauté est renforcé par l'engagement avec la diaspora et le secteur privé. Par exemple, une cartographie du secteur privé, à la fois à travers l'Équateur et dans les deux localités cibles, a révélé que 76% des entreprises privées étaient fortement intéressées à travailler avec des migrants et des réfugiés. Les partenariats avec ces entreprises permettront de développer des opportunités de développement professionnel et de compétences pour les migrants et les membres de la communauté, de sensibiliser aux pratiques de recrutement éthiques et de favoriser l'inclusion financière et les campagnes anti-xénophobie. De même, la cartographie du programme a permis d'identifier les membres et les organisations de la diaspora équatorienne aux États-Unis, en Italie et en Espagne, les trois pays où la concentration des membres de la diaspora est la plus forte. Cette étude a permis aux municipalités locales de créer des outils pour renforcer les capacités des membres de la diaspora en matière d'entrepreneuriat et de meilleure utilisation des transferts de fonds, d'améliorer les mécanismes de consultation entre elles et les associations de la diaspora et des migrants, de créer des liens et de coordonner les opportunités d'investissement potentielles.

En accord avec son approche locale, le programme fournit; un soutien ciblé au renforcement des capacités de ses deux municipalités partenaires, notamment sur l'intégration des considérations migratoires dans leur planification du développement, à travers leurs plans de développement et de gestion du territoire (PDyOT) et leurs politiques publiques locales et programmes. Conformément à la mise à jour de la Loi Organique sur la Mobilité Humaine de l'Équateur, le programme mettra à jour la formation obligatoire du gouvernement sur la mobilité humaine destinée aux décideurs politiques, élaborée au cours de la phase précédente du programme. Le programme renforce encore ces compétences par le biais de formations sur l'intégration de la migration et la gestion des données (sur la base d'une évaluation actualisée des Indicateurs de Gouvernance de la Migration), la réintégration durable et le lien entre la migration et les secteurs prioritaires du programme en matière d'éducation, d'emploi, de santé, de sécurité sociale et de droits de l'homme. Par exemple, le Programme a piloté une formation sur l'intégration de la migration dans les PDyOT sur le développement urbain et l'emploi, développée par le projet Intégration de la Migration dans la Coopération Internationale et le Développement (MMICD) avec le consortium des gouvernements provinciaux de l'Équateur.

Image
image of a person in a training in Santo Domingo, Ecuador

Avec ces capacités renforcées, les gouvernements locaux seront en mesure de mieux mettre en œuvre la planification de la migration et du développement durable, en coordination avec le gouvernement national. L'assistance technique du programme, par le biais d'outils et d'orientations sur la coordination et la mise en œuvre des politiques migratoires au niveau local, fera en sorte que les gouvernements nationaux et locaux soient en mesure de coordonner l'élaboration des politiques et la planification. Par exemple, en développant des plans d'action et des cadres de suivi et d'évaluation pour les politiques et programmes locaux et nationaux, les gouvernements s'assureront que leurs efforts sont cohérents et alignés pour maximiser les progrès vers le développement durable.

Les succès de l'Équateur en matière de migration et de développement durable sont mis en avant tant au sein du Programme que dans les forums régionaux et mondiaux. Il a présenté les résultats de sa cartographie de la diaspora et du secteur privé lors de webinaires internes au programme, partageant ainsi les connaissances et les enseignements des 10 autres pays du programme. L'Équateur est également engagé dans et a promu le Processus de Quito sur la mobilité des citoyens vénézuéliens et a récemment présenté ses expériences dans un VNR Lab pendant le Forum politique de haut niveau de 2021 sur le Programme 2030. 

Pour plus d'informations, contactez: